C’est une première en Belgique. Un patient vient d’être opéré du cœur aux cliniques universitaires Saint-Luc et cela s’est fait à cœur battant. Contrairement à ce qui se fait d’habitude, le cœur du malade n’a donc pas été arrêté ce qui permet d’éviter d’éventuelles complications pour les personnes les plus fragiles.

L’opération s’est tenue sur un patient de 87 ans. Grâce à une courte incision, une sonde pénètre à l’intérieur du cœur puis libère du cordage artificiel. Ce cordage, une fois tendu, remet en place la valve mitrale défectueuse. Jusqu’à présent pour ce type d’opération, le cœur était mis à l’arrêt grâce à l’utilisation de cette sonde, ce n’est plus nécessaire. Gebrine El Khoury est le chef du service de chirurgie cardiovasculaire aux cliniques universitaires Saint-Luc. Il expliquait lors du RTLINFO 13h: « Cette opération se fait à cœur battant. On ne doit pas arrêter le cœur, on ne doit pas utiliser l’ordinateur. La réaction inflammatoire générale est évitée. La technique réduit fortement les risques d’inflammation. »
Un espoir pour les personnes âgées

Le patient opéré jeudi se porte bien. Gebrine El Khoury fait partie de l’équipe qui est intervenue. Il est fier aujourd’hui de présenter les résultats prometteurs de cette première en Belgique. Chaque année, les cliniques universitaires Saint Luc doivent réparer 150 valves mitrales. « Ce qui est révolutionnaire avec cette technique ce qu’on peut s’adresser à des patients qu’on n’osait pas opérer. Le risque opératoire est très élevé », ajoute Gebrine El Khoury. Innovation technologique, nouveaux outils, depuis plusieurs années le domaine de la chirurgie est en constante évolution. Une étape supplémentaire vient d’être franchie

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

clear formSubmit